un article qui parle de la connaissance de soi

Être cohérent pour être heureux, c’est nécessaire…

le

Emporté par un grand tsunami, celui de la nouvelle économie, cette manière de voir les gens qui nous entourent comme des clients potentiels et non comme des personnes, depuis un an je nage et je surnage en tentant de me tailler une place de choix.

La cohérence nécessaire 

Il y a quelques années, lorsqu’est venu le temps pour moi de réorienter ma carrière, j’avais fait appel au service professionnel d’une conseillère en réorientation de carrière. Après des mois de réflexions, de nombreux exercices et avoir posé des actions concrètes pour valider à mesure chacun de mes pas, nous en étions venu à une conclusion évidente, je devais pour être heureux vivre des relations interpersonnelles signifiantes.

Dans les faits, ça voulait dire que des relations personnelles insignifiantes (superficielles) me rendraient heureux et inversément que des relations personnelles insignifiantes (superficielles et non sincères) et des relations signifiantes mais non personnelles (Facebook, Tweeter et autres) me rendraient profondément malheureux.

Je me souviens très bien avoir réorienté mon chemin de vie. Et puis, la grande aventure de l’Académie zérolimite est arrivée avec son lot de projets et la possibilité de réaliser tous ses rêves d’être blogueur, écrivain, conférencier et d’infopreneur. Et puis j’ai embarqué dans le bateau, certain qu’au bout ça allait être mieux.

Il suffit d’un rapide coup d’oeil aux médias sociaux pour constater le succès des nouveaux entrepreneurs du web, les info-preneurs. M’imaginer que je pourrais moi-aussi inscrire mon nom parmi celui des plus grands a quelque chose de grisant et d’hypnotisant, alors j’ai embarqué.

Déjà, avec plus de 900 fables et 16 livres de publiés, j’étais reconnu internationalement pour être l’auteur de fables le plus prolifique de la planète et comme j’étais accrédité depuis 2012 comme Écrivain l’école » je pouvais visiter de nombreuses écoles primaire et secondaire du Québec et partager ma passion pour la fable.

Ce que ça a changé en moi, cette aventure AZ, c’est que ça a fait naitre l’envie d’aller plus loin, de viser plus haut. C’est de là que sont nés mes 2 autres projets, celui d’être le Conférencier du bonheur et d’apporter mon témoignage de vie comme quoi, le bonheur est un choix, et aussi celui de créer les programmes Orateur Expert et Orateur Jeunesse pour aider les individus et les corporations dans leur besoin de prendre la parole en public, que ce soit lors de conférences, d’animations, de présentations, ou de prendre la parole lors d’un meeting d’entreprise.

Ce que je ne soupçonnais pas, c’était la somme énorme de travail que cela supposait.

La somme de travail 

Réussir dans la nouvelle économie suppose énormément de travail et de tenir compte de la réalité actuelle de la société, un espace temps où la jeunesse et la beauté sont des atouts majeurs et incontournables. Pas besoin de tisser des liens avec les voisins, les amis, les confrères ou le curé, pour réussir il faut penser en terme de relation produit/clients. Toute le monde devient un client potentiel, autant les purs étrangers des autres pays que la dame du coin de la rue qui cherche le produit miracle ou le petit monsieur qui magasine un service de coaching.

Il faut être partout et toujours présent sur toutes les plateformes. Il faut monter des vidéos et les diffuser sur YouTube et Facebook. Il faut préparer d’innombrables post (textes courts ou citations) et les partager. Il faut une banque de milliers d’adresses de courriel et les solliciter, plus on en a, plus on a de chance de vendre nos produits et services. Pour être certain de ne rien manquer, il faut programmer l’heure à laquelle nos amis Facebook sont en ligne. Il faut développer son branding, son image personnelle et maintenir une constance et une cohérence entre l’image, le contenu et le nouvel entrepreneur qui veut faire sa place.

Même si bien des choses semblent gratuites et alléchantes, il faut se rappeler constamment que rien n’est gratuit, pour avoir le cadeau de X valeur, il faut laisser son courriel et Hop, on vient de devenir le client potentiel de tel ou tel info-preneur à succès.

Et tout ça, ça prend du temps, des efforts et de la persévérance. À quel point ? Jusqu’à en baver, à avoir besoin de décrocher. Le rêve est si grand que pour le décrocher il faut se plier à toutes les exigences de cette nouvelle économie pour laquelle nous ne sommes que des clients potentiels. Même celui qui veut se tailler une place devient le client potentiel de ses collaborateur. Comme un système qui vire à vide, la démarche est permanente.

Finalement, pour un homme comme moi qui suis rendu au début de la soixantaine, ça demande de me renoncer à mes propres valeurs et convictions et de me rendre malheureux pour devenir heureux. Ça a pour nom l’incohérence. 

Pause réflexion nécessaire VS marche arrière

Après une journée au SPA à faire le vide et à refaire le plein, la nécessité de repenser à tout ça est devenue une évidence.

Quelqu’ils soient, les liens informatiques et virtuels sont d’une époque qui ne correspond pas à mes valeurs profondes de relations interpersonnelles signifiantes. Passer des journées entières à être enfermer dans un bureau à la recherche de clients me prend tellement d’énergie et de temps que je suis en train de passer à coté de l’essentiel, moi.

Oui en sur je continuerai d’y être présent, la société est rendue là. Par contre je déplore que la poignée de main sincère ne soit plus à la mode, elle a été remplacé par quelques clics et une signature virtuelle. Je ne suis pas étonné de la quantité d’antidépresseurs qui se prescrivent et que tant de gens courent après un bonheur qui ne sera jamais au rendez-vous. Le bonheur n’est pas quelque chose de virtuel, c’est une relation interpersonnelle signifiante, c’est un sourire et un clin d’oeil, il est fait de partage, de communication, de discussions, de voyages, d’entraide, de complicité et de confiance réciproque.

Refuser de prendre le virage technologique moderne et d’embarquer dans la nouvelle économie, c’est comme avoir refusé un jour de se défaire des disques en vinyle, de ses cassettes 8 pistes, des disquettes, puis tranquillement des CD et des DVD qui sont remplacés par des clés USB qui à leur tour sont remplacés par le nuage informatique et virtuel pour sauvegarder toutes nos données, allant des textes, aux images et aux photos.

Ce qu’il faut c’est de rester cohérent avec soi-même, voilà comment on peut être heureux, le bonheur est à ce prix, être cohérent.

Je suis là pour vous

Peu importe votre besoin et votre degré de difficulté avec la nouvelle économie, que ce soit par du coaching personnel, une formation ou un bon café, si vous avez besoin d’en parler et de faire le point, contactez-moi, nous verrons ensemble comment je peux vous être utile.

(c) Pierre Simard

Inscrivez votre nom et votre courriel et recevez gratuitement la version pdf de mon livre : 35 trucs essentiels pour gouter au bonheur
Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Les gens qui ont aimé cet article ont aussi aimé ceux-ci


Fatal error: Call to undefined function commentaires_open() in /home/monsieurfable/public_html/wp-content/themes/osage/comments.php on line 44